Cholet – Antibes : Les réactions

//Cholet – Antibes : Les réactions

Julien Espinosa : «Les demandes faîtes aux joueurs étaient défensives: il fallait stopper les un contre un et bloquer la raquette. Offensivement, on joue mieux, match après match. On va continuer à s’améliorer, match après match. Nous nous sommes concentrés sur nous. C’était un match où nous étions dans l’obligation de gagner. C’est bon pour la confiance d’enchaîner deux victoires après les neuf défaites initiales, ça permet une situation plus confortable. Nous avions beaucoup de match perdus dans la tête, c’était mieux ce soir. On a manqué de certitudes pendant la préparation du match. Malgré l’enchaînement de défaites, on a continué à croire que nous pouvions avancer. Pour nous, ce soir, la situation était plus facile que pour Cholet, car nous étions dans la peau du chasseur. Cholet avait la pression du public, pas nous. On a eu une adresse qui nous a permis d’avoir de bonnes dispositions mentales. Nous étions dans un match avec, tandis que notre adversaire était dans un jour sans.»

Isaia Cordinier : «On a fait le job solidement. On bosse sérieusement à l’entraînement. On avait repris de la confiance en gagnant en Coupe de France, à Saint-Chamond (79-65, le 6 novembre). Ce soir, c’était un match très important pour nous. Ça fait deux matches où on joue avec une bonne manière.»

Crédit Photo : Ouest-France

Romain Duport (intérieur de Cholet) : “On a pris une leçon de basket, aussi bien en attaque qu’en défense. On n’a jamais su relever la tête. J’ai l’impression que dès que c’est dur dans un match, on a du mal à réagir. On a perdu un match que l’on ne devait pas perdre, encore à la maison. On se retrouve derniers du championnat (pris par l’enjeu du match ?) Peut-être, je ne sais pas. Je sais juste qu’on a baissé la tête. Aux entraînements, ça joue dur, c’est bien mais ça ne sert à rien si on ne le fait pas en match […] Ce n’est pas la première fois que ça nous arrive de ne pas être dans les intentions, l’agressivité. J’espère que la trêve internationale va nous servir pour nous recentrer sur nous et travailler vraiment ce qu’il faut. Sinon, si on continue comme ça, à la fin, il y aura une grosse désillusion […] Ils ont commencé par un 5-0, Taurean Green a fait ce qu’il a voulu sur les pick’n’roll. Otule, pendant 25 minutes, nous a baladés dans la raquette. Avec ces deux joueurs-là, ça faisait déjà un gros écart […] Ils ont joué à leur rythme, à leur tempo, on n’a jamais été en mesure de les bousculer (complexe à la Meilleraie ?) Moi non mais peut-être collectivement. Si à un moment donné, on veut retrouver le soutien du public, il va falloir faire beaucoup plus d’efforts.”

Régis Boissié (Coach de Cholet) : «Ce soir, j’ai honte de ce qu’on a fait et de ce que j’ai pu faire. On n’a pas joué. Je nous ai senti fébriles. On a été sur la retenue sans arriver à se libérer. On va avoir besoin de nous appuyer sur quelques garçons. On n’a pas reconnu l’équipe. Il faut qu’on prenne nos responsabilités. On est capables de mieux. Nous avons régulièrement des coups d’arrêt énormes qui nous font mal. On a montré une grosse capacité de réaction après la défaite à Rouen (en Coupe de France, 63-73, le 6 novembre), il faut espérer la même chose après le match de ce soir. Il faut féliciter Antibes. Il y a une grosse partie mentale pour expliquer un tel match. On démarre la partie en étant stressés. La première prestation de London était intéressante. On doit réagir pour sauver le club. On doit réagir pour sauver le club. Il faut faire profil bas, montrer de l’orgueil et ne pas accepter cette image-là. Je ne peux pas accepter ce que j’ai vu.»

By | 2018-11-27T10:20:43+02:00 novembre 27th, 2018|News|0 Comments

Leave A Comment