Entretien – Raphaël Desroses : “Être premier ne suffira pas”

//Entretien – Raphaël Desroses : “Être premier ne suffira pas”

Credit Photo : Icon Sport / Baptiste Fernandez

 

La qualification en 1/4 de finale de Leader’s cup acquise, les Sharks ne se sont pas arrêtés de travailler pour autant. Le championnat de France Pro B reprend ses droits dès ce soir et les antibois débutent tambours battants avec la réception du SlUC Nancy Basket. Nous avons voulu profiter de cette occasion pour contacter Raphaël Desroses. Champion de France Pro B en 2013 avec les Sharks, consultant RMC Sport, il nous a fait l’honneur de répondre à nos questions à quelques heures avant le coup d’envoi du championnat 2019-2020.

 

Antibes retrouve la Pro B quatre ans après l’avoir quittée. Quel regard tires tu sur la saison 2018-2019 ? 

Raphaël Desroses : Je pense qu’Antibes a été un peu trop ambitieux en terme de profondeur de banc dans sa construction d’équipe, lorsque le budget est limité je pense qu’il vaut mieux partir sur un groupe concentré à 8 joueurs plus 2,3 jeunes moins coûteux qui peuvent vraiment apporter, ça permet d’avoir plus de talent et 2,3 top joueurs qui peuvent faire la différence plutôt que trop de joueurs entre guillemets moyens sans être péjoratif pour les joueurs présents l’année dernière. Je ne dis pas qu’ils n’avaient pas le niveau de la Jeep Élite mais surtout qu’il manquait 1 ou 2 ”top player” d’autant que Tim Blue qui est un de cela pour Antibes depuis des années revenait d’une longue absence ce qui lui a valu d’être plus irrégulier qu’à son habitude.

Antic a pris la place de Julien Espinosa qui était au club depuis 2007. C’est une page qui se tourne avec un changement de physionomie, penses-tu que ce soit la bonne solution ?

RD : Je pense que c’est une bonne solution car c’est un très bons coach qui a fait ses preuves aussi bien en Pro B qu’en Pro A avec le CCRB par exemple. La preuve il a construit une équipe qui peut légitimement ambitionner la montée, mais je n’irai pas jusqu’à dire que c’était ”LA” solution. 

Il ne faut pas oublier que Julien a fait du bon boulot à chaque prise de fonction et a souvent fait plus que ce que prévoyait les pronostics d’avant saison et la masse salariale.

Forcément quand on habitue les gens à beaucoup avec peu on croit que cela peut devenir une norme, une sorte de miracle permanent mais ça n’est pas le cas. 

La question qu’il faut se poser est pourquoi le club n’arrive pas à avoir la même courbe qu’un club comme Bourg en Bresse. 

Comme Antibes, Bourg a eu une nouvelle salle, avait un budget et un projet équivalent en Pro B à 1 ou 2 ans près mais a eut une trajectoire totalement différente pour véritablement exister en Jeep Élite. Le club s’est doté de véritables structures et n’est plus obligé de faire des ”coups” sur le marché des transfert chaque année puisque le club arrive même à conserver ses meilleurs éléments aujourd’hui.

Changement de coach mais un gros chamboulement aussi au niveau de l’effectif avec l’arrivée de 5 nouveaux joueurs dans l’organisation + 3 espoirs. Cohérent pour créer une nouvelle dynamique ?

RD : Oui il y avait vraiment la volonté de tourner la page, l’effectif est cohérent en effet et à voir les résultats en Leader’s Cup la dynamique est plutôt bien lancée. 

Les rôles sont plus définis avec une hiérarchie plus claire, un 8 majeur et 2 joueurs même s’ils ne sont plus tout jeunes qui étaient des ”tops player” en Jeep Élite donc capables de faire la différence dans les moments difficiles et surtout de bonifier le reste de l’équipe.

Même si Blue va entamer sa 8e saison au club, les Sharks comptent une nouvelle star et pas des moindres : Roko Leni Ukic !!! Un véritable gros coup de la part de l’équipe antiboise ?

RD : C’est clair que la venue de Ukic est un gros coup, comme lors de sa venue à Levallois la saison passée le cadre de vie a été important pour ce père de famille et c’est une aubaine pour le club.

C’est un véritable patron sur le terrain qui saura où mettre la balle et quand et il est encore capable de vous faire des cartons surtout à ce niveau.

Sur l’effectif que tu vois, quel joueur pourrait être le facteur X ?

RD : Je ne sais même pas si l’équipe a besoin d’un facteur X, justement je trouve que sa force est que les rôles sont bien repartis entre les joueurs ”stars” là pour faire la différence, les joueurs qui ne rechigneront pas à faire le sale boulot notamment en défense comme Pitard et Raposo, les joueurs qui se bonifient dans un collectif sans essayer d’en faire trop comme Gaddefors et Morency par exemple.

Des Sharks favori pour l’unique accession en Jeep Elite ?

RD : Parmi les favoris oui mais avec une seule montée et des concurrents comme Nancy, Fos et Paris notamment ça va pas être facile, surtout qu’être premier ne suffira pas et tout se jouera en playoffs où la dynamique à ce moment aura énormément d’impact sur le résultat final.
Je n’arrive pas à dégager un favori plus qu’un autre pour être honnête.

Un pronostic pour la rencontre Antibes-Nancy ?

RD : On pourrait dire que le 1er élément de réponse à tout ça arrive ce week-end avec deux prétendant mais c’est même pas vrai tant on est loin du finish !
Pour ce 1er match je vois Antibes qui est à la maison au sortir d’une bonne entame en Leader’s Cup.

Merci Raphaël d’avoir répondu à nos questions 

Credit Photo : Romain Robini / Antibes Sharks

Propos receuillis par Thomas Lafôret

By | 2019-10-11T14:41:21+02:00 octobre 11th, 2019|News|0 Comments

Leave A Comment