Julien Monclar : “On vit un truc complètement inédit et déstabilisant”

//Julien Monclar : “On vit un truc complètement inédit et déstabilisant”

Deuxième interview cette semaine ou nous avons eu la chance de pouvoir longuement discuter avec Julien Monclar, Directeur Général de l’ADA Blois.

Bonjour Julien et merci de prendre le temps de répondre à nos questions

Déjà comment vas-tu et comment se passe le confinement pour toi ?

Comme beaucoup de monde : en famille et discipliné ! Je m’occupe de mes filles quand ma femme doit aller au boulot 3 jours par semaine, et évidemment beaucoup de téléphone. On se doute tous qu’avec l’épidémie du COVID-19, gérer un club n’est pas une chose aisée avec l’incertitude ambiante.

Comment se passe ton travail actuellement ?

Le club est au ralenti mais il y a des choses à gérer sur le plan administratif et surtout pour préparer la suite, essayer d’anticiper ce qui peut l’être… Donc énormément de téléphone, quotidiennement avec le président et Mickaël le coach, les joueurs, les agents et tout le monde du basket qui se pose beaucoup de questions.

Le Comité directeur de la LNB se réuni à la fin du mois sur la suite a donner pour la saison en cours, quelle est ta position personnelle ?

On vit un truc complètement inédit et déstabilisant, la saison en cours on sait désormais qu’elle ne reprendra pas depuis les propos du Président de la République. Il faut se projeter sur 20-21, la situation est telle que les décisions seront vraisemblablement prises en AG. Pour moi il faut faire la synthèse de 2 choses : sauvegarder le modèle économique des clubs et ne pas oublier ce qu’il s’est passé sur le terrain lors de cette saison 19/20, ne pas oublier le sport.

RMC Sport a publié un article il y a quelques jours sur les quatre scénarios envisagé par la Ligue National de Basket. Quel est ton regard sur chaque scénario ?

Il ne s’agit pas des scénarios de la LNB mais de documents de travails issus du syndicats des coachs, on en avait tous connaissance mais ça n’avait rien à faire dans les médias. Mais pour répondre sans langue de bois je ne me retrouve dans aucune des options, je trouve qu’on y tient pas suffisamment compte du fait sportif.

L’ADA Blois s’est vue refuser la montée en Jeep Elite il y a maintenant trois ans (ndlr : un scandale aux yeux des White Sharks). Si la LNB n’autorise pas Blois à évoluer en Jeep Elite la prochaine saison, serait-ce honteux ou tout à fait logique au vu des évènements exceptionnel ?

La non montée c’était en 2018, donc y’a moins de 2 ans ! La logique c’est que les règlements prévoient qu’une équipe de ProB doit accéder à la Jeep Élite. En principe c’était via les playoffs, malheureusement nous savons qu’ils n’auront pas lieu. Je me suis investi depuis 4 ans pour défendre les intérêts de la ProB au sein de la LNB, pour moi au moins un représentant de la ProB doit accéder. La question c’est : est-on capable de se mettre d’accord autour d’un club? Probablement, et en tant que 1er avec une vraie avance ça semble naturel que ce soit nous. Croyez moi ou non mais j’aurais dit la même chose si on était 6 ou 10eme. Après parler de honte dans une telle situation n’est pas approprié, il y a une plus grave que le basket. Ce qui est vrai c’est que ce que le club a vécu il y a 2 ans est terrible, personne ne peut comprendre de l’extérieur. Un 2e cas similaire, certes dans un autre contexte, je suis incapable de l’imaginer. Ça n’a jamais existé dans le sport.

Continuons à parler de l’ADA Blois et plus précisément du Jeu de Paume. La salle affiche complet à toutes les rencontres qui s’y déroulent affichant même un taux de remplissage supérieur à 100% la saison dernière. N’est-ce pas une erreur d’avoir fait construire une salle un peu trop petite ?

Merci de souligner ça, la salle pleine est une composante majeure du projet du club. On faisait une saison incroyable sur ce plan là aussi, même en tout début de saison après une Leaders Cup très moyenne. C’est la plus « jolie petite salle » de France, mais elle a 2 défauts qui sont clairement limitants : il manque 1000 places et nous tenons ce discours avec les dirigeant depuis 10 ans ; l’autre c’est que nous ne sommes pas résident, ce qui nous oblige à réfléchir sur un autre modèle.

Tu as pu voir jouer les Sharks lors de la 4e journée du championnat (victoire de l’ADA 75 à 72). Comment analyses-tu le parcours de l’équipe antiboise après un début de saison compliqué ?

Sur le match aller on sentait que l’équipe ne s’était pas encore trouvée, le score est d’ailleurs plus serré que ce qu’a été le match en réalité. Par contre il y a un talent énorme dans cette équipe, des gars comme Ukic et Hearst peuvent changer un match à tout moment, Tim aussi ponctuellement si il commence à mettre dedans extérieur. Un garçon comme Romuald Morency a apporté du lien et franchi un vrai palier. Pour être honnête je trouvais l’équipe un peu déséquilibrée au départ, pour moi l’arrivée de Pansa a beaucoup apporté en ce sens. Antibes aurait pu être une belle équipe de « francs tireurs » en Playoffs, même si je pense que la défaite en finale de Leaders Cup a empêché une prise de dimension encore supérieure.

L’équipe antiboise a-t-elle les moyens de s’installer en Jeep Elite dans les années à venir à tes yeux ?

Je n’en ai aucune idée ! Pour moi il faut parler de club plus que d’équipe. Un club c’est une ligne directrice, des structures, une histoire et un secteur sportif qui doit représenter tout cela. Ce qui est vrai c’est qu’Antibes c’est un des plus grands clubs français, c’est dommage qu’on l’oublie, et sa place est probablement au dessus.

Avant d’être Manager Sportif tu portais les couleurs de l’OAJLP au cours des saisons 2002-2003 et 2003-2004. Que retiens-tu de ses années basket sur la Côte d’Azur ?

Je suis un enfant de ce club, je jouais contre eux avec Mougins, mon premier club, en poussins et benjamins, il y avait les antibois en sélections jeunes. Puis je suis revenu en cadets 2eme année, puis espoir, un peu d’entraînement en ProA la dernière année et 2 ans avec le groupe ProB. Ce que je retiens c’est les émotions des grandes années dans les tribunes, la sueur à l’Espace Piscine avec une génération de coéquipiers dont plusieurs sont des amis proches, si je devais retenir une seule chose ce serait l’amitié. Les liens qu’on tisse à 16-20 ans je crois qu’on ne les oublie jamais…

Énormément de joueurs de référence sont passés par la Côte d’Azur mais quel joueur qui a porté le maillot de l’OAJLP (ou des Sharks) t’a le plus marqué ?

Difficile d’en choisir un seul. Si je dois trancher je dis David Rivers. J’étais un fou furieux de 12 ans dans les tribunes de l’Espace Piscine en 95 et il était magique! Le truc de fou c’est d’avoir joué avec lui après en 2003, il était âgé et avait arrêté pendant 2 ans mais il a rousté la ProB sur la 2eme partie de saison ! Je rajoute des énormes mentions pour Lolo Foirest le plus bel enfant du club, Micheal Ray mythique, Tony White qui était vraiment trop fort et j’ajouterai Arsène Ade-Mensah dont on ne parle pas souvent. C’est d’ailleurs les 25 ans du titre de 95, quand on a une telle histoire il fait ne pas oublier de la raconter!

Attention question piège : Tu supportes l’Olympique Lyonnais au foot mais au basket, quelle équipe supportes-tu ? ^^

Bonne question… Je suis un professionnel donc la notion de supporter n’est pas adaptée pour moi. Je suis à fond pour mon Club l’ADA Blois Basket 41, en tant qu’observateur je vais plutôt soutenir les équipes qui racontent une histoire, donc ça dépend. Après vous avez bien compris qu’Antibes a une place particulière due à mon parcours et les accomplissement de mon père dans ce club. Je peux botter en touche en disant que ma franchise NBA préférée c’est la Lakers, mais ça vient de Magic pas de LeBron !

Revenons a l’actualité liée au COVID-19, Alain Weisz a donné une interview vraiment intéressante au Parisien et annonce une baisse moyenne des budgets de 25 à 40%. Penses-tu que ce sera le cas pour la plupart des équipes de la LNB ou quelques-unes arriveront à s’en sortir sans trop dégât ?

Comme souvent Alain Weisz tient des propos lucides et sages, je suis totalement en phase avec lui. La société va devoir se reconstruire et le basket pro aussi. Certains clubs seront peut être moins touchés, on peut penser au Top 3-4 de Jeep Élite, pour le reste notre basket est très lié à l’économie réelle, il faudra savoir s’adapter et les plus agile pourront peut être saisir des opportunités.

Et la dernière question, avez vous un message à faire passer aux supporters antibois ?

Bravo pour votre investissement et votre passion, continuez à soutenir votre club, amenez vos potes aux matchs pour que la salle se remplisse un peu et surtout soyez fiers de votre histoire!

By | 2020-04-23T17:04:51+02:00 avril 23rd, 2020|News|0 Comments

Leave A Comment