Les Antibois auront fait trembler l’Elan … mais finissent par s’incliner

//Les Antibois auront fait trembler l’Elan … mais finissent par s’incliner

Hier, les Sharks d’Antibes avait rendez-vous avec le Palais des Sports de Pau pour y rencontrer l’Elan Béarnais. A l’aller, les antibois (alors entrainés par Julien Espinosa) s’étaient imposés, mais pas de quoi rassurer les supporters au vue des résultats cette saison.

L’une des seules victoires des hommes de Nikola Antic en Jeep Elite, c’était Pau lors de la 10e journée. Une victoire sur le score de 83 à 73, peut être l’un des matchs où on pensait (enfin) avoir retrouvé notre équipe cette saison. Mais qu’il est loin ce match …. Depuis, peu de victoires mais surtout beaucoup (trop) de défaites écrasantes. On ne peut donc pas dire qu’hier les Sharks arrivaient en terrain conquis, loin de là. Pau, pointe maintenant à la 4e place du classement alors que nous …. on n’a pas bougé.

La victoire contre Cholet ce vendredi aurait pu rassurer un peu les troupes mais, même si le résultat et là, on repassera sur la manière.

C’est donc après une victoire peu convaincante à domicile comme le soulignait Antic que le choc devait avoir lieu…
Et dès les premières minutes les locaux prennent l’avantage laissant rapidement nos joueurs derrière … Loin derrière (26-9) avant d’entamer le second quart temps. Une deuxième période qui malheureusement ressemblera sensiblement à la première. Les Sharks rentrent aux vestiaires en n’ayant pas montré grand chose dans cette mi-temps (39-27). Seul Isaïa Cordinier (encore lui) tient la baraque avec déjà 11 points à son compteur.

De retour des vestiaires, c’est encore lui qui réduit l’écart avec un tir à 3 points (39-30) dès les premières secondes du 3e quart temps. De quoi redonner de l’espoir à ses coéquipiers qui semblent enfin avoir commencé à jouer. Les Sharks défendent bien, en tout cas bien mieux qu’en première mi-temps, et l’attaque est poussive mais efficace, du moins dans les premières minutes. Au moment d’entamer le dernier acte, l’écart est toujours conséquent (56-45). Et là c’est encore Isïa qui prendra les rennes et ramènera l’équipe pratiquement à lui tout seul (27 points et 4 passes décisives). Une fin de match complètement folle qui se jouera finalement sur la bête noire des Sharks depuis trop longtemps maintenant, les lancers-francs. Oui, car si en 5 minutes le match a basculé de notre côté, c’est en quelques secondes que nos espoirs sont partis en fumée. Deux lancers francs ratés de Jerel Blassingame dans les toutes dernières secondes et une faute offensive de Cordinier permettent au Palois de finalement s’imposer avec un Vitalis Chikoko des grands soirs (30 points, 9 rebonds).

Ca aurait pu être le come-back de l’année, surtout quand on sait que, dans le même temps, Cholet et Fos sur Mer, respectivement face à Nanterre et Dijon, ont perdu assez largement.

By | 2019-04-24T12:39:28+02:00 avril 24th, 2019|News|0 Comments

Leave A Comment