PLACE AU SPORTIF !!! Propos recueillis du Magazine In Antipolis

//PLACE AU SPORTIF !!! Propos recueillis du Magazine In Antipolis

 

Crédit Photo : In Antipolis

Pour son édition Août/Septembre 2018, In Antipolis a réaliser un article complet sur l’avenir des Sharks d’Antibes avec les interviews des hommes fort du club.

Freddy Tacheny, ancien directeur général de RTL Belgique, est actionnaire majoritaire du club de basket d’Antibes depuis six ans. Depuis le départ de Frédéric Jouve à la direction du club, ce spécialiste des médias et du sport a fédéré son équipe de direction autour d’une stratégie commune pour propulser les Sharks vers les sommets de la Jeep Elite. Entretien.

In Antipolis : La saison est terminée. Le maintien en Pro A est asssuré, vous êtes à la présidence depuis quelques mois, même si vous avez toujours été présent depuis plusieurs années déjà. Que nous réserve la rentrée ?

Freddy Tacheny : Tout d’abord c’est une évolution, pas une révolution. Comme vous l’avez dit, j’étais là, je ne suis là et je serai là.

J’ai confiance dans ce projet depuis maintenant prés de six ans. Entretemps, les Sharks ont été pressés de retourner en Pro A… Nous nous étions donnés 2020 comme cap de retour en Pro A et pour revenir à une situation financière sereine et équilibrée, ce que le clubs n’avait pas connu depuis un certain temps.

Et avec l’un des plus petits budgets de Pro B, les joueurs et leur entraîneur nous ont fait la surprise de remonter directement en Pro A ! Mais toute l’ossature, la restructuration des fondations de la maison n’avaient pas eu l’occasion d’être réalisées…

Depuis lors, il faut bien le reconnaître, nous sommes en Jeep Elite avec un budget de Pro B, parce que je ne suis pas là pour recreuser des trous financiers tels qu’il ont plus exister par le passée. Chaque année, nous progressons en termes de recette et donc de budget sportif.

La première phrase s’est établie autour du marketing avec un nouveau positionnement , un nouveau prénom, les Sharks d’Antibes. C’était une volonté que j’avais insuffler une note de modernité au club en se tournant vers l’avenir et vers les Etats-Unis pour le show. Je suis un homme de médias et je voulait que l’on aille le plus vite possible dans ce sens.

Crédit Photo : In Antipolis

In Antopolis : Un club demande des investissements…

Freddy Tacheny : Oui et la deuxième étape-financière, a suivi. Etant à 80% actionnaire de ce club, nous avons progressivement apuré les dettes du passé. C’était une phase difficile mais indispensable. Je n’ai malheureusement pas de pétrole dans mon jardin ! Je travaille avec l’argent que nous avons et que nous produisons au sein du groupe que j’ai constitué. Cet argent a donc servi à rendre le club  “sain” sur le plan économique. Cette deuxième phase est achevée et le club est désormais dans de bonnes conditions financiéres. Il manquait une impulsion vers une croissance plus forte en matière commerciale et en structurant le sportive.

In Antipolis : Qu’en est-il de votre stratégie au sujet de la conquête du public ? 

Freddy Tacheny : Le grand public, c’est le plus important. Il n’y a pas de club sans passion, il n’y a pas de passion sans public, il est important de séduire et c’est ma priorité numéro un.

Il faut nous rapprocher de l’ensemble de nos fans, de nos licenciés, de notre associations. Nous avons la chance d’avoir prés de 500 jeunes qui jouent au basket dans le club, 500 autres qui jouent dans les dix kilométres avoisinants. Ce sont  1000 familles  qui lavent le maillot des enfants chaque semaine ! C’est notre premier capital. Il faut un public encore plus nombreux.

In Antipolis : Vous misez aussi sur les entreprises locales. Le Sharks Business Club peut encore accueillir des partenaires…

Freddy Tacheny : Notre second public, ce sont les entrepreneurs, les entreprises privées. Nous sommes nous-mêmes  des entrepreneurs et nous nous adressons à eux avec les mêmes problématiques, la même volonté de croitre, d’équilibrer nos affaires et de déployer une belle aventure économique, mais aussi sociale et sportive.

C’est évidemment un objectif fort de nous voir accompagnés d’un maximum de partenaires.

Nous allons nous renforcer dans nos structures de fonctionnement afin d’être encore plus présent sur le terrain commercial. Nous avons en ce sens conclu un accord avec une régie commerciale nationale afin de nous épauler dans la recherche de nouveaux partenaires, et notamment dans le cadre du dossier très important du “Naming” de l’Azur Arena.

Enfin nous sommes très proches des institutionnels : nous sommes porteurs d’une image, d’une identité. C’est en cela que ma première priorité était de stabiliser ce club. On ne construit pas un nouvel étage sans vérifier la stabilité des fondations…

A ce titre, je le dit clairement, je ne serais pas ici sans un homme, Jean Leonetti, qui a eu la vision de construire ce magnifique outil, en regardant vers le futur et pas uniquement vers le passé -certes glorieux, du club. Il fallait l’Azur Arena et je lui rend hommage dans cette période difficile d’avoir et d’avoir eu la vision d’investir dans cet outil, indispensable, surtout lorsqu’on s’appelle Antibes.

Select Antipolis, le magazine bilingue et bimestriel du parc technologique de Sophia Antipolis (créé par Pierre Laffitte en 1969) s’adresse aux cadres, dirigeants et salariés de la première technopole européenne, deuxième mondiale après la Silicon Valley. Actualités économiques, vie des entreprises, innovation des laboratoires de recherche, vie des écoles et fertilisation croisée, municipalités, lifestyle, sport & loisirs, culture : retrouvez l’essentiel de la Riviera tous les deux mois en distribution gratuite dans les entreprises de Sophia Antipolis et les institutions de la Côte d’Azur.

By | 2018-08-14T12:39:30+02:00 août 14th, 2018|News|0 Comments

Leave A Comment